acceuilPrésentationl'équipeContact
J-58 : Les propositions choc du président-candidat
publié le 02-03-2012 à 12:43:10
Invité du 20 heures sur France 2, Nicolas Sarkozy s'est exprimé sur les bas salaires, le RSA et les rémunération des grands patrons.

«La réponse face à la crise, c'est de valoriser le travail». C'est en se fondant sur ce postulat que Nicolas Sarkozy a formulé, mercredi soir sur France 2, plusieurs propositions qui nourriront sans aucun doute le débat de la campagne dans les prochains jours.

• Faibles revenus: augmenter les salaires nets

Nicolas Sarkozy veut augmenter de presque 1000 euros par an le salaire net des personnes rémunérées entre 1 et 1,2 smic (1100 à 1300 euros nets mensuels actuellement). Ce qui revient, à peu de chose près, à leur verser un 13e mois. Pour le faire sans augmenter le coût du travail ni creuser les déficits publics, il propose d'alléger les cotisations sociales salariales, à hauteur de 4 milliards d'euros. En échange, la prime pour l'emploi sera supprimée (2,5 milliards d'économies) et la fiscalité sur les revenus financiers alignée sur celle du travail (1,5 milliard de recettes supplémentaires).

Nicolas Sarkozy promet ainsi un gain de pouvoir d'achat visible «sur la feuille de paie» de «7 millions de salariés», tout en creusant l'écart entre revenus du travail et «assistanat». Il présente aussi le dispositif comme le pendant de la TVA sociale - mise en place, elle, pour alléger les charges patronales. Le président sortant préfère d'ailleurs appeler cette ultime mesure de son quinquennat «TVA antidélocalisation». Il redit sa conviction qu'elle aidera à empêcher la France de se vider «de son sang industriel» - une expression étonnamment empruntée à… Jean-Luc Mélenchon.

La prime pour l'emploi (PPE), créée en 2001 par Lionel Jospin, devait inciter les chômeurs à reprendre un emploi, même mal rémunéré. Très critiquée pour son coût, son versement tardif (un à deux ans après la reprise d'emploi) donc peu incitatif, et son saupoudrage (6,7 millions de bénéficiaire en 2011), le chef de l'État avait promis en 2007 de supprimer la PPE. Mais il s'était heurté, élu, à la réticence d'une partie de sa majorité.

• RSA: un «travail d'intérêt général» obligatoire

Chaque bénéficiaire du RSA devra effectuer «sept heures de travail d'intérêt général payées au smic». Ce qui revient à généraliser une expérimentation lancée en novembre dans 11 départements, qu'il considère déjà comme un «succès». Nicolas Sarkozy estime que le RSA est «efficace pour lutter contre la pauvreté» mais «pas suffisant pour réinsérer sur le marché du travail» ses bénéficiaires.

• Grands patrons: mettre fin au «n'importe quoi» des rémunérations

Nicolas Sarkozy précise bien ne pas vouloir s'en prendre à «la majorité des chefs d'entreprises» mais à «l'infime minorité qui a choqué les Français en faisant n'importe quoi». Pour eux, il se montre radical: interdiction «définitive» des retraites chapeaux, dont la fiscalité a déjà fortement augmenté pendant le quinquennat, ainsi que des parachutes dorés. «Mais ce n'est pas suffisant», ajoute-t-il. Les comités des rémunérations, qui fixent les revenus des grands patrons, devront compter «systématiquement un représentant des salariés». Leurs propositions seront validées «par l'assemblée générale des actionnaires», et non plus par le conseil d'administration, et publiées «dans les documents légaux».

Source : lefigaro.fr



J-59 : Yves Censi sera l'invité du journal de LCP jeudi 23 février
publié le 23-02-2012 à 11:17:04
Yves Censi sera l'invité du journal de LCP jeudi 23 février de 13h00 à 13h15, il interviendra sur le thème de l'agriculture.

J-60 : Sarkozy plus populaire, l'écart se resserre au 1er tour
publié le 22-02-2012 à 18:11:31
Six jours après sa déclaration de candidature, le chef de l'Etat voit sa cote de popularité bondir de huit points. Trois instituts sur quatre montrent un resserrement des courbes au 1er tour du scrutin.

Les sondages publiés mardi envoient différents signaux à Nicolas Sarkozy. A l'issue d'une séquence médiatique effrénée, marquée sa déclaration de candidature, mercredi dernier, et ses premiers meetings, le chef de l'Etat jouit d'une popularité accrue. Il progresse de huit points dans le baromètre réalisé par l'institut LH2 pour le Nouvel Observateur, les 17 et 18 février, au lendemain de son entrée en campagne. Nicolas Sarkozy dispose de 38% d'opinions positives, un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis un an. Parallèlement, la part des sondés ayant une opinion négative du président diminue de 7 points, à 58%.

Le candidat-président progresse nettement auprès des sympathisants de la droite (+14 points, à 74%), du MoDem (+14 points, à 40%) et surtout du Front national (+16 points, à 36%).


Kikadikoi ? : les déboires des élus socialistes.
publié le 22-02-2012 à 18:04:45
N'hésitez pas à diffuser très largement cette petite vidéo à la fois très amusante mais aussi que trop navrante...



J-61 : Hollande, l'homme de tous les paradoxes
publié le 22-02-2012 à 17:58:10
Découvrez le tract des jeunes populaires qui illustre bien les paradoxes de Mr Hollande en cliquant sur le lien "Lire la suite" ci-dessous.

Document
 Hollande : ni pour, ni contre, bien au contraire




Inscription / Désinscription à la Newsletter UMP RODEZ Lettre d'informations
Voir tous les reportages
>> Argumentaires UMP sur la Primaire socialiste
Voir tous les dossiers
>> 01- Le Mouvement Populaire - UMP
>> 02- Le Parti Radical Valoisien
>> 03- Le Parti Chrétien Démocrate
>> 04- Le Rassemblement Pour la France
>> 05- Le Centre national des indépendants et paysans
Voir tous les liens